The box ain’t fitting anymore

le

4 murs qui font une boite.

Une boite qui devient de plus en plus étroite. Comme si ce couloir avait perdu de ses couleurs et de son espoir. Une boite lourde mais vide quand on la secoue. Où les nuances de roses, de bleu, de violet, de vert et de bleu se sont estompés.

Cette boite c’est ma vie en ce moment.

7h (minimum) devant un ordinateur avec comme seul interlocuteur un écran qui reflète mon propre visage. Plus de contact physique, plus de sourire dans la rue, plus de discussions le long d’un café ou de rire au bar alors qu’il se fait trop tard. Plus de danse tard dans la nuit ou tôt dans la matinée.
Maintenant c’est Reveil, Zoom, Dodo. Plus de rime et plus de rythme. Plus d’interaction avec les ami.e.s, ni de toucher pour se réconforter. Les câlins se font par émojis et les apéros par FaceTime. Alors qu’est ce qu’il se passe une fois l’ordinateur fermé et la bouteille de vin blanc vidé ?

Comment je vis cette situation d’enfermement pour mieux « protéger » la santé des plus vulnérables?
Mal.
J’ai mal de voir ce monde s’écrouler.

J’ai mal de me rendre compte que mon feed instagram qui défile à remplacer les paysages du train. J’ai mal d’être assise toute la journée et de n’avoir a peine 1h pour me dégourdir les jambes. (oui, cest long de mettre les chaussures, le manteau, le bonnet et l’écharpe quand chaque seconde est comptée!)
J’ai mal de voir qu’on vends toujours autant de merde (sorry but not sorry) dans les magasins, dans les supermarchés, dans les bureaux de tabac, dans les boutiques de fast fashion alors que notre santé est aujourd’hui censée être la « priorité ».

J’ai mal car la nature va mal. Car les océans pourrissent. Car les arbres brûlent. Car le seuil de pauvreté augmente tous les jours et que ceux qui meurt de faim sont ignorés. Car les femmes battues et tuées se comptent par dizaines tous les ans. Car la musique dans les rues s’est éteinte. Car les cafés ne sont plus un endroit où se réfugier. Car les larmes qui s’écoulent ne sèchent que grâce à l’oreiller. Car les gens portent aujourd’hui un masque ET une visière pour ne pas voir.
J’ai mal car je vis dans un monde où marcher sur la tête nous parait beaucoup moins étrange que sur nos deux pieds.

Mon colibri intérieur n’arrive plus à aller chercher son eau pour éteindre le feu. Car les flammes le rattrapent et lui brûlent les ailes. Les flammes de l’eco-anxiété. Les flammes qui poussent à se poser la question de la couleur de mon avenir. Car y’en-a-t-il vraiment un ? Et si la réponse est oui, qu’est ce que j’aurai sous les pieds dans 15 ans ?

La question est réelle. Mais n’a pourtant jamais traversé l’esprit de mes parents, de mes grands parents et encore moins de toutes les générations précédentes. Les cases étaient faites pour eux. Les questions de ce genre n’existaient pas et les boite étaient joliment positionnées sur la table à manger pour les générations futures.

Mais moi je n’ai pas de boite car je n’en veux pas. Car les 4 murs ne sont pas pour moi. Ou alors si on m’oblige à y rentrer, j’y percerai un trou.

Pour faire rentrer la lumière, les couleurs, la joie, les sourires, les verres de trop, les danses qui se sont échappées et les rires qui font mal aux joues.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Juliet dit :

    Oh, ma Loulou ❤️

    J'aime

  2. Une fan anonyme dit :

    C’est juste… Wahou… Cette façon à la fois si douce et si brutale d’exprimer ce que l’ont vit en ce moment m’a bouleversée. Bravo pour ces mots

    J'aime

  3. Anonyme dit :

    J’adore. Les mots sont doux mais le message est si fort.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s